Homepage

Menu Enseignement.be

Le site Enseignement.be sera en maintenance ces lundi 31 juillet et mardi 1er août 2017, quelques services pourraient être inaccessibles durant cette période. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.
 
ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Témoignage de Monsieur Blondel professeur de pratique professionnelle - bois ébénisterie dans l'enseignement spécialisé.

Nom : Blondel
Prénom : Eric
Etablissement scolaire : Enseignement secondaire spécialisé "La Clairière" à Colfontaine (Hainaut).

Vous pouvez retrouver un reportage à propos des pratiques de M Blondel dans le magazine "PROF" n°33 d'avril 2017 à la page 30 PROF 30

 

1) Comment avez-vous pris connaissance de cette pratique pédagogique?

Dans ma formation et ma spécialisation en TICE.

2) Depuis combien de temps l'utilisez-vous?

Je l'utilise fréquemment depuis environ un an.

3) Comment vous êtes-vous formé à cette méthode?

Via ma spécialisation en TICE.

4 Dans quel cadre l'utilisez-vous? (primaire, secondaire, général, qualifiant, spécialisé...) Pour quel(s) cours, quelle (s) matières(s)?

Dans l'enseignement secondaire spécialisé en travaux pratiques d'adaptation professionnelle bois.

5) Delon vous, quels sont les avantages de cette méthode?

  • Les élèves peuvent apprendre à tout moment, où qu'ils soient.
  • Ils sont libres de passer autant de temps que nécessaire sur les points difficiles afin de les maîtriser.
  • Beaucoup plus de temps pour les interactions parmi les élèves et avec le professeur.
  • Une ambiance plus relaxée.
  • Un esprit de coopération et d'entraide.
  • Une meilleure responsabilisation des élèves qui peuvent être actifs et s'approprier leur apprentissage.
  • - L'opportunité de faire des activités de recherche et des travaux de groupe qui vont développer des compétences et des qualités souvent ignorées à l'école : la réflexion, l'esprit critique, la communication, la créativité, la curiosité, la confiance en soi, l'initiative, l'organisation, le partage, les relations humaines ...

6) Selon vous, quels sont les inconvénients de cette méthode?

- Tous les professeurs ne sont pas prêts à changer de casquette et à perdre leur statut de maître du savoir pour prendre celui de coach et accompagnateur.
- La qualité du professeur est plus que jamais importante car il ne se contente plus de délivrer un savoir, il doit être capable de s'adapter à chaque élève.
- Si tous les enseignants l'utilisent en même temps, la charge de travail pour l'apprenant risque d'être trop lourde et il y a des risques de décrochage scolaire.

7) Les TICE sont un plus pour pratiquer cette méthode.  Quels conseils donneriez-vous à des collègues souhaitant utiliser la classe inversée mais qui pensent ne pas avoir suffisamment de connaissances TIC pour se lancer?
Qu'il faut franchir le pas et accepter de repartir vers une formation qui donnera le complément de bagage nécessaire pour se lancer dans de bonnes conditions.

8) Selon vous, quels sont les outils TICE indispensables, pour les enseignants, pour commencer à enseigner avec la méthode de la classe inversée?

Un ordinateur ou une tablette. Des logiciels de capture d'écran, de montage de diapositives et de vidéos.

9) Selon vous, quels sont les outils TICE indispensables, pour les élèves, pour apprendre avec la méthode de la classe inversée?
Une tablette, un ordinateur ou un smartphone, au choix de l'élève et de ses parents.

10) Que diriez-vous à une personne qui serait opposée à cette méthode? (Un collègue, un parent, un chef d'établissement, un élève).

Du simple fait du temps libéré en classe, le temps passé par l'enseignant aux côtés de chaque élève est démultiplié.  L'enseignant connaît mieux ses élèves, où ils en sont et où sont leurs difficultés.  
Plus de temps pour les techniques d'apprentissage actif, de travail en groupe (apprentissage par les pairs), les approches d'apprentissage par situation-problème demandent du temps en classe.  Il est souvent difficile de concilier le temps nécessaire à la transmission des savoirs de base et celui où l'enseignant fait que ses élèves sont actifs.  La classe inversée permet de résoudre ce dilemme en exportant la leçon en dehors du temps de classe.
Les élèves sont plus responsables de leur apprentissage : ils suivent les leçons à leur rythme, sont actifs en classe et peuvent être facilement encouragés à chercher des réponses à leurs questions autrement qu'en se référant à l'enseignant.

11) La classe inversée n'est pas la panacée universelle.  Quelles sont les limites de cette méthode?

Pour moi, la plus grande limite de cette méthode est l'enseignant dans sa motivation intrinsèque et extrinsèque.

12) Si vous avez autre chose à ajouter ...

Pour que cette méthode fonctionne avec vos élèves :

  • intéressez vos élèves ; expliquez-leur en quoi votre domaine vous passionne, les surprises et les mystères qu'il recèle, ce qu'on y a accompli durant l'Histoire, ce qu'il promet pour l'avenir etc.
  • attisez leur curiosité : rendez vos élèves curieux en les aidant à faire des connexions entre ce qu'ils apprennent et ce qui les intéresse déjà.  C'est un des points fort du modèle inversé, il vous permet de connaître les intérêts de vos élèves et de vous en servir pour leur donner envie de découvrir d'autres choses.  La curiosité est un excellent facteur de motivation.
  • engagez leur réflexion : les vidéos ne sont pas une fin en soi.  Elles sont un outil qui s'inscrit dans le cadre plus large d'un apprentissage par la découverte de la pratique.  On apprend bien mieux lorsqu'on est intéressé et actif.  Il ne suffit donc pas de gagner l'attention de vos élèves, il faut aussi leur donner la possibilité de se creuser la tête.  Regarder un professeur résoudre un problème au tableau n'augmente pas la capacité des élèves à résoudre des problèmes.  Votre rôle est d'encourager la réflexion, la discussion et la collaboration autour de problèmes complexes et de projets d'équipes.


Quand vos élèves abordent de nouveaux concepts, faites-en sorte qu'ils y réfléchissent par eux-mêmes avant de leur donner la solution.  Répondez à leurs questions par d'autres questions.  Faites-leur chercher des situations concrètes où le concept en question serait utile.  Demandez-leur d'émettre des hypothèses sur un phénomène en particulier et d'imaginer des expériences qui pourraient confirmer ou infirmer ces hypothèses.  Leurs théories pourront ensuite être discutées en groupe et testées quand c'est possible.  C'est l'occasion de leur apprendre à structurer un raisonnement, par exemple en commençant par lister les éléments pouvant entrer en jeu dans le phénomène étudié.

Cette approche est la base de la méthode scientifique : observer, analyser, tester.  Plus vos élèves auront l'habitude de réfléchir et de chercher plutôt que d'attendre qu'on leur serve l'information sur un plateau, plus ils seront autonomes et curieux.

Assurez-vous simplement qu'ils aient bien les connaissances préalables pour pouvoir faire ces raisonnements, sans quoi ils risquent de se décourager.  Les phases "d'accroche" doivent être de difficulté raisonnable et représenter un challenge tout en restant à leur portée.

  • utilisez la pédagogie active : la pratique est le meilleur professeur.  Si vous souhaitez que vos élèves apprennent la coopération, ce n'est pas en leur faisant lire un livre sur le sujet que vous leur donnerez la meilleure instruction mais bien en les faisant faire des projets, des simulations, des jeux de rôles...
  • ouvre-les au monde extérieur : les projets sont un bon moyen pour vos élèves de se découvrir de nouveaux intérêts : culture, hobbies, vie associative, et même vocations.  Ils permettent aussi de rencontrer du monde.  Montrez-leur que vous appréciez quand ils prennent contact avec des gens extérieurs pour avancer dans leur travail.  Interviewer un professionnel ou quelqu'un qui a une passion est un excellent moyen d'apprendre et d'améliorer ses relations sociales.  Au passage, cela leur permet de se faire un réseau qui pourra s'avérer utiles pour leur avenir.
  • faites en sorte que vos élèves puissent vivre des victoires régulières : c'est-à-dire des moments de réussite comme la résolution d'un exercice, d'un problème ou d'une énigme, ou encore des moments de découverte ou de compréhension lorsqu'une chose fait "tilt". L'effort mental devient agréable lorsqu'il apporte souvent de tels moments.  Il est donc important qu'ils aient toujours un retour rapide sur leur performance.  C'est une chose à retenir quand leur travail est un projet qui va se dérouler sur un certain temps et qu'ils ont besoin de garder leur motivation tout le long : veillez à les motiver et les féliciter régulièrement sur leurs progrès.
  • encouragez l'entraide : expliquez à vos élèves que vous attendez d'eux qu'ils soient toujours prêts à s'entraider.  Les interactions sociales sont très importantes pour une bonne ambiance de classe. Veillez donc à ce que l'entraide et l'ouverture soient présentes.  Soyez à l'affût de tout conflit ou malaise pour les régler au plus vite.

 

 

 

 

 

???