Homepage

Menu Enseignement.be

Le site Enseignement.be sera en maintenance ces lundi 31 juillet et mardi 1er août 2017, quelques services pourraient être inaccessibles durant cette période. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.
 
ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Témoignage de Madame Scamosci professeur de mathématique dans le DI

 

 

NOM :   SCAMOSCI
PRENOM :   Valérie
ETABLISSEMENT SCOLAIRE  :   A.R. VAUBAN de Charleroi

 

1)    Comment avez-vous pris connaissance de cette pratique pédagogique ?


En faisant des recherches via Internet sur les pédagogies alternatives.

2)    Depuis combien de temps l’utilisez-vous ?  

Depuis janvier 2016.

3)    Comment vous êtes-vous formé(e) à cette méthode ?

Grâce aux vidéos mises en ligne (Youtube) et aux dossiers disponibles sur Internet en lien avec cette pratique pédagogique.

4)    Dans quel cadre l’utilisez-vous ? (primaire, secondaire, général, qualifiant, spécialisé…)   Pour quel(s) cours, quelle(s) matière(s) ?

Enseignement général – 3ème année secondaire – cours de mathématiques.

5)    Selon vous, quels sont les avantages de cette méthode ?

Développer l’autonomie, la collaboration entre les élèves ainsi que l’esprit critique.  Redonner confiance à ceux qui en ont besoin (ne pas avoir peur de commettre des erreurs pour progresser.  Consacrer un maximum des temps en classe aux réalisations de tâches complexes (car les applications sont réalisées principalement à la maison).  
Les élèves sont très actifs dans cette pédagogie car ils sont vraiment les acteurs de leur apprentissage (ils relèvent des défis).
    

6)    Selon vous, quels sont les inconvénients de cette méthode ?

La mise en place de cette façon de travailler génère davantage de bruit.  Il faut aussi être conscient que dans les premiers temps, certains élèves ne jouent pas le jeu et s’appuient sur les meilleurs.  La conscientisation de l’importance de s’investir dans son cours n’apparaît pas chez chacun dès le début.  Grosse débauche d’énergie pour l’enseignant !

7)    Les TICE sont un plus pour pratiquer cette méthode. Quels conseils donneriez-vous à des collègues souhaitant utiliser la classe inversée mais qui pensent ne pas avoir suffisamment de connaissances TIC pour se lancer ?


Réponse un peu banale :  s’entourer de collègues pouvant les initier un minimum.
En ce qui me concerne, j’ai la chance de pouvoir bénéficier de l’aide d’un collègue ayant reçu deux heures dans son horaire pour l’aspect TIC (réalisations de vidéos à mettre sur le site de l’école).  De plus, une série de tablettes sont à disposition des élèves.


8)    Selon vous, quels sont les outils TICE indispensables, pour les enseignants, pour commencer à enseigner avec la méthode de la classe inversée ?   

Le projecteur interactif et l’ordinateur.  

9)    Selon vous, quels sont les outils TICE indispensables, pour les élèves, pour apprendre avec la méthode de la classe inversée ?

Des tablettes et possibilité de consulter l’ordinateur à la maison ou, à défaut, à l’école.

 

10)    Que diriez-vous à une personne qui serait opposée à cette méthode ? (un collègue, un parent, un chef d’établissement, un élève).
 

La première démarche consiste à s’informer avant d’émettre un avis.  Ensuite, avoir la possibilité d’observer un collègue mettant cette méthode en application dans ses classes et d’en discuter avec lui.  Enfin, tenter de la tester soi-même de manière « sérieuse » (par exemple, la classe inversée ne se limite pas à mettre les élèves en groupe et les laisser travailler, il s’agit d’un mélange de pédagogies).

11)    La classe inversée n’est pas la panacée universelle. Quelles sont les limites de cette méthode ?


Comme expliqué auparavant, l’élève est acteur de son évolution.  Donc, s’il refuse de collaborer, il sera extrêmement compliqué de le faire progresser avec cette méthode (mais avec toute autre aussi …) 


12)    Si vous avez autre chose à ajouter…
 

Cette méthode permettant au professeur de suivre au plus près la progression de ses élèves, il en résulte souvent un retour  sous forme de gratitude.  Je retrouve le sourire chez des élèves qui l’avaient perdu, ils ont à nouveau envie d’apprendre (via les défis …).
Enfin, le professeur qui s’investit dans cette pratique, car il est convaincu de ce qu’elle peut apporter, retrouve le plaisir d’enseigner et d’être utile aux élèves (fini le one-man show du prof !!!).
  

 

 

 

 

???