Homepage

Menu Enseignement.be

Le site Enseignement.be sera en maintenance ces lundi 31 juillet et mardi 1er août 2017, quelques services pourraient être inaccessibles durant cette période. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.
 
ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

L'intérêt pédagogique du travail collaboratif

Avant de mettre en avant l'intérêt des outils numériques dans le cadre du travail collaboratif, il est important de rappeler l'intérêt des pratiques collaboratives.

Il n’est plus à prouver que le travail collaboratif permet à l’élève de développer de nombreuses compétences. Des études montrent que les élèves seraient deux fois plus efficaces en travaillant en groupe de manière collaborative ou coopérative (Jérôme Dinet, 2007). 

Les pédagogies coopératives et collaboratives (Piaget, Vygotski, Sullivan, Dewey…) s’appuient sur le constat que l’échange de points de vue divergents, les interactions et l’entraide entre les élèves, la coordination des actions et la co-construction des savoirs facilitent la compréhension et l’appropriation des nouvelles données et donc améliorent l’apprentissage individuel. 

Les aptitudes travaillées et développées par l’apprenant lors d’un travail collaboratif sont nombreuses : 

  • l’esprit d’analyse, la réflexion et l’esprit de synthèse contribuant au développement d’une pensée personnelle ;
  • des aptitudes et des capacités à rechercher, à trouver la bonne information, à la traiter, à l’analyser, à l’évaluer et à la partager ;
  • des capacités à prendre en compte l’apport des autres, à confronter ses représentations, à formuler et à résoudre des problèmes en groupe ;
  • des compétences sociales comme l’empathie et la tolérance ;
  • des aptitudes à communiquer oralement et par écrit, à échanger, à écouter, à accepter le compromis en vue d’atteindre un objectif commun. Il s’agit donc également d’améliorer sa prise de parole en public pour expliquer, commenter, argumenter et exprimer ses idées ;
  • dépasser sa timidité, sa peur du jugement de l’autre ;
  • développer sa confiance en soi en prenant conscience de la possibilité d’apporter de la valeur ajoutée aux productions communes et par le sentiment de fierté d’y avoir participé ;
  • s’approprier la matière et les critères d’évaluation ;
  • la motivation ;
  • l’autonomie…

Au niveau du groupe, le travail collaboratif a également de nombreux avantages :

  • Il fait apparaitre une dynamique de groupe qui peut faire émerger une véritable "culture" collaborative. 
  • Cette dynamique permet notamment le partage et la mise en commun des compétences et des connaissances, ainsi que leur transfert vers les apprenants initialement plus faibles. Elle favorise de ce fait l’apprentissage informel et participe à la capitalisation des connaissances. 
  • Cette dynamique collective donne la possibilité à chacun d’endosser un rôle de "leader" ; ce rôle peut donc sans cesse être réattribué au sein du groupe.
  • Le travail collaboratif permet de valoriser les compétences de chaque apprenant et offre au groupe la possibilité de mobiliser l’intelligence collective en vue de réaliser un projet commun, d’atteindre un objectif et de choisir les solutions adaptées aux problèmes posés.

Vous pourrez également découvrir le témoignage de Michel Staszewski, un enseignant licencié en histoire, qui privilégie particulièrement le travail coopératif en sous-groupes. Selon lui, cette pratique évite l’effet "expert que l’élève écoute parfois distraitement". Cette pratique permet également une forme d’apprentissage de la vie démocratique (écouter, argumenter, décider), où on confronte les représentations de chacun, qui sont autant d’occasions de conflits socio-cognitifs. Les élèves ont aussi à conceptualiser.

Le témoignage complet de Michel Staszewski est accessible dans le Magazine PROF n° 11 (p. 30-31) :

 (document Adobe Acrobat, ressource 13389) 

 

 

 

 

???