Homepage

Menu Enseignement.be

Le site Enseignement.be sera en maintenance ces lundi 31 juillet et mardi 1er août 2017, quelques services pourraient être inaccessibles durant cette période. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.
 
ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

L'intérêt pédagogique de l'utilisation de la messagerie électronique en classe

« Nous cultiverons avant tout ce désir inné chez l'enfant de communiquer avec d'autres personnes, avec d'autres enfants, surtout de faire connaître autour de lui ses pensées, ses sentiments, ses rêves et ses espoirs. Alors, apprendre à lire, à écrire, se familiariser avec l’essentiel de ce que nous appelons la culture sera pour lui une fonction aussi naturelle que d’apprendre à marcher. » (Freinet, 1960)

Le travail réflexif que mène la Cellule Projets TICE lors de l'élaboration de ce type de dossier passe toujours par cette question omniprésente : quelle est la plus-value de l'utilisation d'un tel outil dans le cadre d'activités pédagogiques ? Ce qui amène à se demander s'il est plus pertinent de réaliser les dites activités avec ou sans l'outil numérique choisi.

Dans le cas de la messagerie électronique, il est indéniable de constater que l'outil numérique apporte un intérêt non négligeable par rapport à la correspondance scolaire comme elle était, et est encore, parfois pratiquée via courrier postal.

Un outil pour l’éducation pour tous, tout au long de la vie

Force est de constater que les exemples d’utilisations d’Internet se multiplient et se généralisent dans les salles de classe et ce, à tous les niveaux d’enseignement. De plus en plus utilisé pour effectuer des recherches en ligne ou pour utiliser des logiciels ou applications spécifiques, Internet est également utilisé pour la correspondance scolaire.

Intérêt administratif, logistique de la messagerie électronique à l’école

La messagerie électronique est également de plus en plus utilisée comme moyen de communication avec les parents.

Il s’agit d’utiliser ce service dans le but de communiquer, d’informer au mieux les parents. Les relations directions – professeurs – parents sont privilégiées par ce biais. Dans ce cas l’information circule rapidement et les messages peuvent être consultés ultérieurement avec un moindre risque d’égarer des documents.

Quelques questions à se poser pour utiliser un service de messagerie électronique à bon escient

  • Quel type de communication va-t-on privilégier ? Communication entre deux personnes ou collective ?
  • Quel type de message veut-on transmettre ? (uniquement de l’information ? une demande de renseignements ? une conversation suivie ?)
  • Sous quelle forme veut-on délivrer le message ? (texte, images, vidéos…)
  • Dans le cas d’un message vidéo, l’utilisation d’un logiciel qui permet la visioconférence est-elle pertinente ?
  • Le message doit-il être délivré de manière instantanée (synchrone) ou différée (asynchrone) ?
  • Mon équipement est-il suffisant pour pratiquer ce type d’activité ?

Toutefois, il est important de garder à l’esprit qu’il ne s’agit pas d’utiliser l’outil pour l’outil, la technique pour la technique. L’apprentissage prioritaire est l’utilisation de la langue pour communiquer. Les gestes techniques ne seront que le moyen de mise en pratique de cet apprentissage.

L'utilisation la plus répandue de la messagerie électronique avec des élèves de moins de 13 ans est la correspondance scolaire. Cela n'empêche en rien l'utilisation de l'outil dans d'autres cas : la demande de renseignements, la diffusion unilatérale d'information comme la diffusion du journal scolaire par exemple, la conversation suivie avec d'autres personnes que les correspondants scolaires, le dialogue privilégié avec l'enseignant, le travail de groupe intra classe...

Quel intérêt pédagogique trouve-t-on à pratiquer la correspondance scolaire ?

C'est à Célestin Freinet (1924) qu'est attribuée cette technique pédagogique, devenue habituelle, qu'est la correspondance scolaire.

Cette technique, qui n’est pas à considérer comme un projet ou une activité en soi, offre aux élèves l’avantage d’écrire dans une situation de communication réelle.

La correspondance scolaire se pratique entre deux (ou plusieurs) classes dont les enseignants ont préalablement pris contact et se sont entendus sur un ou plusieurs projets communs ; projets qui peuvent être très simples et néanmoins très riches pédagogiquement surtout en ce qui concerne le développement de la langue écrite et orale et qui donnent un sens aux apprentissages visés.

Utiliser la correspondance dans le cadre scolaire implique une certaine rigueur pédagogique dans le sens où la périodicité des échanges sera un élément important de la réussite du projet. Mais la régularité des envois n'est pas l'unique point de cette réussite, il faudra également exiger une certaine qualité des échanges.

La nature des échanges peut être individuelle ou collective, sans pour autant rester figée, le tout est de le stipuler entre correspondants.

Les avantages pour l’élève sont multiples :

  • s’exprimer correctement par écrit ou oralement dans la langue cible
  • développer le désir de la lecture et de l’écriture
  • être à l’écoute de l’autre
  • travailler en équipe, collaborer
  • utiliser les moyens adéquats pour communiquer
  • développer l’autonomie
  • avoir un esprit ouvert, s’ouvrir aux autres et monde, créer des liens
  • favoriser la coopération grâce aux échanges et éventuellement aux rencontres qui en découlent

Pour l’enseignant, la correspondance scolaire permet de créer des liens entre les disciplines. En effet, en plus des grands domaines de compétences en français (lire, écrire, parler, écouter), nombreuses sont les compétences d’autres disciplines qui peuvent être travaillées selon les sujets traités au cours des échanges :

  • les sciences
  • la géographie
  • l’histoire
  • les langues étrangères dans le cas d’une correspondance internationale
  • etc

Quelle plus-value apporte la correspondance via un service de messagerie électronique ?

Les supports utilisés ont évolués au fil des décennies : le courrier postal (lettres, cartes) enrichi par les apports de l’imprimerie par des affiches, panneaux, journaux… s’est à présent étendu au au courrier électronique auquel peuvent être associés des éléments multimédia tels que photos, vidéos, enregistrements audio… Cependant, le but poursuivi par la correspondance scolaire est resté le même : ouvrir l'élève au monde et aux autres, aller vers l'autre et ses richesses.

Tous les avantages cités ci-dessus sont valables pour la correspondance électronique puisque les démarches mentales à mettre en place sont identiques mais les plus-values résident dans le fait que l’utilisation d’outils numériques permettent une rapidité d’exécution : la correspondance devient quasi instantanée. On peut alors éviter l’ennui des élèves face à l’attente d’une réponse même s’il convient de faire la différence entre les échanges asynchrones (différés) qui ne nécessitent pas que les internautes soient connectés au même moment et les échanges synchrones (instantanés) où les internautes sont disponibles au même moment (voir à ce propos {lien_interne|27856|0|0|}).

Mais pas seulement, les éléments à prendre en considération, outre l’instantanéité de l’envoi et de la réception de courrier électronique, sont les coûts moindres, le stockage et l’archivage du courrier ainsi que la possibilité de joindre des documents numérisés sous divers formats multimédias.

Les compétences qui pourront être acquises :

  • communiquer au moyen d'une messagerie électronique ;
  • maitriser les bases de la technologie numérique (vocabulaire spécifique, gestes techniques, utilisation du clavier, souris, périphériques…) ;
  • adapter la mise en page des travaux plus facilement (correction automatique, insertion d’image, sauvegarde…) ;
  • adopter une attitude citoyenne et responsable face aux informations véhiculées via ces outils et donc développer l’esprit critique;
  • produire, créer, modifier et exploiter des documents à l'aide d'un logiciel adapté à la situation d’apprentissage (traitement de texte, traitement d’image…) ;
  • améliorer l’expression orale et écrite
  • permettre une lecture plus approfondie avec possibilité de re-lecture
  • améliorer la construction de la pensée
  • dynamiser les échanges avec autrui par les échanges scolaires (voir à ce propos le projet {lien_interne|26478|0|0|}).

Du point de vue de l’enseignant

Plusieurs bonnes raisons peuvent susciter l’intérêt de l’enseignant à utiliser cet outil dans ses activités :

  • c’est l’outil le plus fréquemment utilisé en comparaison avec les autres outils numériques car il ne nécessite pas de formation longue ;
  • la mise en œuvre du point de vue de l’organisation et de l’utilisation est relativement aisée ;
  • il s’intègre facilement dans les pratiques pédagogiques car ne les remet pas en cause
  • il modifie, améliore les relations maîtres/élèves ;
  • l’enseignant se remet en question et adapte ses pratiques pédagogiques et didactiques.

En utilisant la messagerie électronique lors de ses activités pédagogiques, l’enseignant peut également tirer des bénéfices de ces situations de communications.

En effet, la messagerie électronique peut être considérée comme un support, une aide à la compréhension du cours et à son amélioration : que ce soit à la demande de l’élève ou par initiative de l’enseignant, une information qui passe par la messagerie électronique peut permettre le renfort des acquis au cours. Il est à noter que si la demande est formulée par l’élève, elle sera formulée sur base d’un besoin et donc relativement structurée. La réponse apportée par l’enseignant sera d’autant plus appréciée et ressentie comme une forme de renforcement individualisé. Ceci peut aider les élèves timides, qui n’osent s’exprimer devant la classe entière. Il appartiendra à l’enseignant de répondre de façon tout à fait individuelle ou de mettre le reste de la classe en copie ou encore de reprendre les termes de la réponse lors d’un prochain cours.

Dans un autre ordre d’idée, il s’avère que l’utilisation du courriel dans la relation prof/élève peut créer un lien confidentiel entre eux. Le dialogue parfois difficile ou embarrassant en face à face peut prendre un aspect qui relève de l’aide psychologique par courrier électronique dans le cas de difficultés scolaires ou familiales. L’élève peut s’exprimer différemment, peut-être plus librement par un écrit qu’il adresse à son professeur, ce qui créera un climat de confiance.

Et l’évaluation ?

L’évaluation peut également être plus individualisée. Il s’agira d’une évaluation formative au cours de laquelle l’enseignant pourra privilégier le travail collaboratif (voir dossier {lien_interne|27745|0|0|}) ou travailler en classe inversée (voir dossier {lien_interne|27818|0|0|}) afin de faire produire un réel travail de synthèse établi par plusieurs élèves. La tâche de l’enseignant sera alors de remettre aux élèves un suivi au cours des différentes étapes de production. Feedback qui permettra l’amélioration du document par les élèves qui sera in fine évalué par l’enseignant.

En conclusion

Avec l'utilisation décuplée des Smartphones ou autres appareils connectés, trop souvent on a pu penser que l'écrit numérique défavorisait l'acquisition de la grammaire, la conjugaison, la ponctuation, bref la construction de phrases notamment à cause de l'aide apportée par les correcteurs automatiques. Cependant, certaines études démontrent que le langage "SMS" n'influe pas sur l'orthographe des adolescents. Cette conclusion est établie dans la recherche "How do skilled and less-skilled spellers write text messages? A longitudinal study of sixth and seventh graders. Journal of Computer Assisted Learning." (Bernicot, J., Goumi, A. & Bert-Erboul. A. Volckaert-Legrier, O., 2014) consultable sur le site du CNRS (Centre national de la recherche scientifique, http://www2.cnrs.fr/presse/communique/3475.htm).
Au contraire, jamais les jeunes n'ont eu autant l'occasion de pratiquer l'écrit. L'étude conclut que "les élèves forts ou faibles en orthographe sont restés respectivement forts ou faibles".

L'opportunité à saisir est de solliciter ce type de situation de communication, familière aux élèves, pour créer du sens dans les activités liées à l'écrit. Observer les habitudes d'écriture des élèves dans un contexte familier permettra d'ajuster l'apport pédagogique de l'enseignant en vue de l'acquisition de compétences en expression écrite.

Les avantages de l’usage de la messagerie en classe ne sont donc plus à démontrer. Elle offre rapidité et ouvre l’espace de parole, trop souvent confiné à la classe, sur l’extérieur conduisant ainsi les élèves vers des liens sociaux développés tout en démystifiant l’acte de communication entre individus distants.

La messagerie électronique se révèle être ainsi une mise en évidence de nouvelles pratiques pédagogiques (Voir la recherche «« La messagerie électronique, comme révélateur de pratiques pédagogiques » (Caron, 2001) (www.inrp.fr/Tecne/Rech40126/caron_41.pdf ). Elle peut agir comme filtre à problèmes, aux difficultés rencontrées tout au long du cursus scolaire et éveille dès lors les élèves à une prise de conscience sur ses effets. Les conséquences de son utilisation leur sont alors bénéfiques si utilisée à bon escient, dans un contexte encadré, dans un but précis.

Enfin, la pratique de la correspondance scolaire classique ne doit pas être citée en contre-exemple parce qu’elle nécessite l’envoi par la poste pour un délai de réponse non garanti. Elle peut (doit) continuer à coexister avec la correspondance électronique tout en tenant à l’esprit ses limites, ses contraintes. Les enseignants et les élèves ainsi conscientisés réaliseront la pertinence de l’utilisation de l’outil numérique puisqu’il permettra des situations de communications authentiques qui graviteront autour d’activités, de projets réfléchis qui amèneront vers la réussite.

En conclusion, qu’elle soit réalisée de manière « traditionnelle » ou via les outils numérique, la correspondance scolaire a pour but de faire communiquer des élèves entre eux ou avec le monde qui les entoure. On peut donc dire qu’elle constitue un outil au service des apprentissages du point vue scolaire et du point de vue social.

 

 

 

 

???