Homepage

Menu Enseignement.be

Le site Enseignement.be sera en maintenance ces lundi 31 juillet et mardi 1er août 2017, quelques services pourraient être inaccessibles durant cette période. Veuillez nous excuser pour ce désagrément.
 
ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

La veille documentaire

Le web 2.0 se caractérise par la production participative de contenus, et par conséquent, il favorise le partage de connaissance et offre aux internautes des espaces d’apprentissage et de formation tout au long de la vie.

La multiplication des contenus rend nécessaire une organisation humaine, individuelle et collective du web.

Les internautes y développent de nouvelles pratiques de recherche, de sélection et de catégorisation de l'information et mettent en place des stratégies collectives d'indexation des ressources en ligne.

Définition et vocabulaire

Le social bookmarking est une pratique désignant la recherche, le stockage, le classement et le partage d’informations sur internet par les internautes. Il s’agit de sauvegarder ses "signets" pour pouvoir les retrouver facilement, de leur attribuer des mots-clés pour en faciliter la recherche et de les partager avec une communauté d'internautes (des exemples concrets sont répertoriés en bas de cette page).

Cette pratique peut également être associée à ce qu’on appelle la veille et la curation de contenu.

Termes équivalents : bookmarking, social bookmarking, partage de favoris,  partage de marque-pages, de signets ou d’étiquettes.

  • Les signets, bookmarks, marque-pages ou favoris sont des adresses web sélectionnées et enregistrées par un internaute qui souhaiterait pouvoir y revenir ultérieurement sans devoir refaire une recherche.
  • Les services de social bookmarking (aussi appelés bibliothèques de signets) sont des espaces de stockage, d’organisation et de partage de signets.
  • Les tags, étiquettes ou marqueurs sont des mots-clés utilisés pour classer les signets en fonction de la thématique traitée. Ils permettent un regroupement facile, intuitif et dynamique des informations contenant les mêmes mots-clés. Les tags sont choisis de façon personnelle par l’utilisateur ou le créateur du signet.
  • La folksonomie ou indexation personnelle désigne un système de classification collaborative et spontanée. Il s’agit de la possibilité pour l’utilisateur d’indexer sémantiquement ses ressources internet avec ses propres mots-clés.
  • La veille informationnelle est le fait de chercher, d'être à l'affût des nouveautés, de sélectionner et d'analyser les informations pertinentes au sujet d’une thématique précise. Contrairement à une recherche d'informations sur la toile qui est ponctuelle et dépend d’un besoin immédiat, la veille est une véritable activité que l’on anticipe, qui se construit dans le temps et qui se réfléchit à plus long terme. Ce processus peut être divisé en 4 grandes étapes :
    • La sélection de contenus (chercher, sauvegarder, recommander...).
    • La lecture de ceux-ci (évaluer la qualité, annoter, référencer...).
    • L'écriture autour de ces contenus (citer, interagir avec les autres contributeurs, organiser ses idées...).
    • Leur diffusion (sur un réseau social, un blog...).
  • La curation de contenu est une pratique qui consiste à sélectionner, éditer et partager les contenus les plus pertinents.

Intérêt pédagogique

L'afflux d'informations et leur présence en ligne font d'internet un outil incontournable pour la préparation de cours, les travaux de groupes et individuels des élèves.

Dans ce cadre, la veille sert à détecter et faciliter les recherches documentaires et identifier des réseaux d’expertise. Il s’agit d’une méthode qui permet de continuer à se former tout au long de la vie.

Le partage de contenus permet au curateur non seulement de montrer son expertise dans un domaine (et donc de renforcer son e-reputation) mais aussi d'archiver ses découvertes dans un souci d'amélioration de sa pratique scolaire ou professionnelle.

Les enjeux pédagogiques des activités de veille sont nombreux :

  • faire le tri parmi toutes les sources d’informations accessibles ;
  • sélectionner une source d’information et identifier sa pertinence ;
  • organiser les ressources, les archiver, leur attribuer des mots-clés, les commenter de manière adéquate ;
  • conceptualiser ;
  • adopter une lecture critique des ressources et des commentaires qui y sont associés ;
  • partager ces ressources en apportant une plus-value ;
  • choisir des stratégies de recherche collaboratives adaptées aux besoins du groupe…

L’action d’indexer, d’annoter et de partager des signets contribue à responsabiliser et impliquer les élèves dans le travail de groupe.

  • Accéder aux signets de leurs condisciples permet aux élèves de s’en inspirer, d’enrichir leur propre veille, de s’investir dans le travail collectif pour se sentir utiles et de produire un travail plus régulier.
  • Cela permet aux élèves de s’approprier l’information, d’évaluer sa pertinence, de structurer leur pensée et de transmettre à leurs condisciples une information avec une valeur ajoutée.
  • Le social bookmarking permet de rendre visible la plus-value apportée par les élèves tout en conservant la source d'où l'information est extraite.
  • En demandant à ses élèves d’analyser les commentaires associés aux ressources sélectionnées, l’enseignant peut les amener à formuler un avis critique sur les informations collectées.

Le partage de signets permet aux élèves de s’initier à la structuration documentaire et à la classification des informations : ils doivent organiser leurs ressources, les tagger de manière adéquate, organiser leurs bibliothèques en fonction de leurs besoins individuels, mais aussi en fonction des besoins du groupe. Ces compétences seront très appréciées dans leur futur milieu professionnel où les employés sont de plus en plus amenés à travailler sur des serveurs partagés.

Cette étape de classification de l’information oblige les élèves à être plus rigoureux et à structurer leurs productions. Cet effort de structuration et de conceptualisation contribue également à une meilleure appropriation des contenus par les élèves.

Dans le cadre d’un travail collaboratif, l’enseignant peut suivre à distance la démarche des élèves qu’ils ne voient que quelques heures par semaine et assurer un suivi et un accompagnement du groupe.

Aspects techniques

Il existe de nombreux outils permettant d'assurer une veille informationnelle :

  • Les outils de collecte : alertes, agrégateurs de flux (Google, Netvibes, Flipboard...).
  • Les outils de stockage : plateformes de partage de signets (Diigo, Pearltrees...), outils de capture et d'annotations (Evernote, ScrapBook...).
  • Les outils de diffusion : outils de curation (Scoop.It, Storify...), réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Pinterest, Viadeo, LinkedIn...).

Concrètement, pour créer une liste de signets et pratiquer le social bookmarking, il faut commencer par créer un profil sur un espace en ligne comme une plateforme de partage de signets ou un réseau social qui peut être utilisé à cet effet. 

Ensuite, l’utilisateur enregistre des liens vers les pages web qu’il trouve intéressantes. Il pourra choisir de rendre ses trouvailles privées ou publiques. Dans ce dernier cas, il permet aux autres utilisateurs ayant les mêmes centres d’intérêts de les consulter et de les enregistrer à leur tour.

La façon dont il organisera et catégorisera ses signets en leur attribuant des mots-clés (ou tags ou étiquettes) de son choix facilitera également la recherche des autres utilisateurs. Ils pourront consulter les liens par sujet, catégorie, association avec des tags ou même de façon aléatoire.

Ces outils permettent donc à l’utilisateur d’alimenter sa veille et ses signets de deux manières :

  • en enregistrant et classant des ressources glanées sur le web en général (ex : je trouve une ressource qui m'intéresse sur un site internet et je décide de la sauvegarder et de l'indexer à l'aide du service de social bookmarking que j'utilise) ;
  • en faisant le tri parmi les ressources proposées par le service de social bookmarking et par les autres utilisateurs de son réseau (ex : je sélectionne une ressource proposée par ce service qui fonctionne alors comme un fil d'actualité ou un réseaux social et me propose des nouveautés en fonction de mes intérêts ou des sélections opérées par les personnes qui constituent mon réseau).

Intérêt des outils de social bookmarking

Les plateformes de social bookmarking ont de multiples avantages : elles sont en majorité gratuites, collaboratives, iconnectées aux réseaux sociaux, accessibles de n’importe quel ordinateur, tablette, smartphone…

Elles permettent de rassembler plusieurs étapes de la recherche d’informations dans un seul et même outil : sélectionner une source d’information, organiser les ressources, identifier et archiver l’information pertinente, commenter, surligner, annoter ces ressources, les partager les envoyer par mail, s’abonner à d’autres utilisateurs ou à des collections de signets, intégrer des groupes, s’abonner à des flux d’informations…

Outre leur aspect collaboratif, leur principal avantage est de faciliter l’accès à l’information. Elles permettent à leurs utilisateurs d’être informés automatiquement des actualités liées aux thématiques qu’ils ont sélectionnées sans qu’ils soient obligés de faire des recherches sur la toile. Cette automatisation permet de gagner un temps considérable.

Elles permettent aussi d’enregistrer une ressource dans l’optique d’une utilisation ultérieure. Contrairement aux "favoris" disponibles sur un ordinateur, les ressources seront accessibles de n’importe où et quelle que soit la technologie utilisée. Seule une connexion internet est nécessaire.
Les élèves ont donc accès en temps réel à toutes les ressources collectées et traitées par les membres de leur groupe, ils peuvent également recevoir un feedback de la part de leur enseignant via les commentaires et interagir avec eux.

Un autre avantage des plateformes de social bookmarking réside dans la possibilité de se créer un réseau de veille. En effet, elles fonctionnent sur le modèle des réseaux sociaux où les usagers peuvent se "suivre" et collaborer sur une thématique.

Ces plateformes permettent à leurs usagers d’épingler les ressources qu’ils jugent pertinentes, de les indexer (tagger), de les surligner, de les annoter et de les partager. Le réseau de veille que l’utilisateur se sera constitué lui permettra donc de faire sa propre sélection de ressources sur base des ressources jugées pertinentes par le plus grand nombre ou par les personnes qu’il identifie comme étant des "experts".

Enfin, ces outils proposent une classification des ressources par mots-clés. Ces mots-clés ont été déterminés par les utilisateurs eux-mêmes ; ce qui offre un système de classement sémantique différent de la recherche proposée via les moteurs de recherches basée sur des algorithmes.

Points d'attention

Le partage de signets a évidemment quelques inconvénients.

Les mots-clés attribués aux ressources sont le fruit de choix arbitraires de la part des utilisateurs. Ils ne répondent à aucune norme (singulier ou pluriel, minuscules ou majuscules, orthographe, double sens, synonymes…).

Un répertoire de ressource peut donc très vite paraitre désorganisé et devenir inutilisable. Afin d’éviter que les bibliothèques utilisées en classe deviennent des répertoires contenant des centaines de ressources non classées et non enrichies, l’enseignant veillera à accompagner les élèves et mettra en place des règles de recherche, de collecte, d’annotation et de partage de ces ressources.

Ces outils n’offrent pas la possibilité de hiérarchiser les différents tags entre eux (ex : un site consacré au romantisme pourra être étiqueté "littérature" ou "romantisme" sans qu’il apparaisse que "romantisme" est une sous-catégorie de "littérature".).

Une activité de veille et de curation peut très vite devenir chronophage. Ce sont les règles fixées par l‘enseignant qui permettront aux élèves d’éviter ce biais et de garder à l’esprit l’objectif à atteindre.

Outils

20 outils de Bookmarks et Social Bookmarks pour une veille efficace

4 outils pour faire de la veille et de la curation en 2013

Bounce

Delicious

Des outils de curation aux visages multiples :Paper-li, Pinterest, Scoop-it, Pearltrees, et Storify

Diigo

Pearltrees

Pinterest

Scoop.It

Storify

Symbaloo

Quelques ressources théoriques

4 outils pour faire de la veille et de la curation en 2013

Gérer ses signets en ligne avec Delicious et Connotea

Gérer ses signets en ligne avec Diigo

Gérer ses signets en ligne avec Diigo : approfondissement

Guide Pinterest pour un usage professionnel

Le bureau Symbaloo, outil pédagogique

Le partage de signets collaboratif, une architecture structurée pour le document de collecte ?

Le partage de signets pour la collaboration et l’apprentissage

Le social bookmarking et la formation tout au long de la vie - Entrevue avec Michèle Drechsler - partie 2

Le social bookmarking, pour la formation tout au long de la vie - Entrevue avec Michèle Drechsler - partie 1

Le « social bookmarking » : une pratique incontournable 

Les bonnes astuces pour débuter et bien utiliser Pinterest

Les pratiques du socialbookmarking dans le domaine de l'éducation - Thèse présentée et soutenue par Michèle Drechsler à l'Université Paul Verlaine - Metz (France)

Mini guide officiel de Pinterest

Pinterest : on en parle, on en parle...

Pinterest dans le réseau collégial (et en classe!)

Pourquoi vous avez intérêt à utiliser Pinterest?

Symbaloo

Utiliser Diigo dans le cadre d’une recherche collaborative

Utiliser Pinterest en classe

Veille-partage documentaire de la gestion des favoris au RSS et à la curation

Vidéo : Le social bookmarking en langage simple by Common Craft

Vidéos et ressources - Pédagogie et partage de signets

Expériences pédagogiques

4 exemples de l’utilisation de Pinterest en cours

Classe de Gabrielle sur Pinterest

Création d’un portail Symbaloo pour réviser le brevet en 3e Prépa Pro

Grille descriptive de scénario pédagogique avec Twitter et pearltrees

L'univers de ma classe sur Pinterest

La classe d'Ameline sur Pinterest

La curation avec des collégiens - recherche documentaire sur l'art africain

Le collège Jules Verne de Bourges sur Pinterest

Le collège Wallon de la Seyne-sur-Mer sur Pinterest

Le lycée Jules Fil de Carcassonne sur Pinterest

Le partage de signets collaboratif au service des apprentissages

Le partage de signets collaboratif, une architecture structurée pour le document de collecte ?

Ma onzième année et les suivantes... Au fil des années scolaires en Lycée professionnel : Les usages des outils 2.0 en classe (Twitter, Tumblr, Pearltrees, Pinterest…)

Mon compagnon de recherche Symbaloo

Partage de liens entre élèves : exemples de pratiques pédagogiques vécues

Pédagogie active » : utiliser Pearltrees comme « base d’un travail collaboratif

Un Pearltrees pour un métier !

Veille d'actualité en classe

 

 

 

 

 

???