Homepage

Menu Enseignement.be

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

Les plans d'équipement TIC des Régions

Le Projet Cyberécoles (Région wallonne): historique

Sur les deux années scolaires 1998-1999 et 1999-2000, ce sont environ 20.000 ordinateurs multimédias connectés à Internet qui ont été installés dans les écoles primaires, secondaires et de promotion sociale de Wallonie.

Les établissements secondaires de Wallonie ont été les premiers visés à partir de décembre 1998. Dès septembre 1999, le bénéfice du plan d'équipement a été étendu aux établissements primaires ainsi qu'aux établissements de promotion sociale qui organisent des cours de niveau secondaire (cent établissements désignés en mai 1999 par le Ministre compétent).

C'est lors de la préparation de la déclaration de politique régionale complémentaire (DPRC), à la rentrée parlementaire 1997, que le programme Cyber-écoles devint réalité. Le premier acte officiel fut d'établir les bases d'une étroite coopération de la Région wallonne avec la Communauté française et la Communauté germanophone.

Le projet d'accord de coopération est approuvé par les trois gouvernements concernés dès février 1998.

Dans le plan d'équipement, la Région wallonne a en charge la mise à disposition des équipements informatiques et de télécommunications. Elle doit également veiller à entretenir les équipements pendant une durée de trois ans et à assurer ceux-ci contre les risques de vols et de dégradations.

De leur côté, les Communautés se chargent d'organiser la bonne intégration de ces nouvelles ressources dans le contexte éducatif. A cette fin, elles assurent la formation des enseignants ainsi que la présence d'une personne ressource ou de contact dans chaque établissement et le développement d'un serveur pédagogique.

La personne ressource est chargée de la gestion quotidienne des équipements mais doit surtout veiller à faciliter l'accès à ces ressources nouvelles pour ses collègues et à assurer l'animation pédagogique permettant d'en tirer le meilleur profit.

Pour assurer la bonne exécution du programme, un comité d'accompagnement est mis en place de concert avec les Communautés. A terme, il sera remplacé par un organe de supervision chargé de conseiller les trois gouvernements sur les initiatives les plus appropriées permettant de poursuivre le plan d'équipement, d'assurer le renouvellement à terme du matériel et de favoriser l'intégration des NTIC au sein des écoles.

Un plan multimédia pour les établissements scolaires situés sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale

Le plan d'équipement a été fixé dans un "protocole d'accord" conclu entre le Ministre-Président de la Région bruxelloise et la Ministre-Présidente de la Communauté française en septembre 1998. Il se déroule également en deux étapes.

Les établissements d'enseignement secondaire ont été invités à introduire une demande en juin 1998. Le déploiement a commencé en septembre 1998 et s'est terminé en 1999. Toutes les écoles ont été équipées, sauf une qui a refusé l'équipement.

Les écoles d'enseignement primaire sont équipées au cours de là deuxième phase, de 1999 à 2001. Chaque établissement doit désigner une "personne ressource" qui sera chargée de la maintenance de premier niveau dans leur établissement. Celle-ci doit suivre obligatoirement 1/2 jour à 1 jour de formation sur les différents éléments software et hardware, dispensée par le fournisseur des équipements, au plus tard à la livraison du matériel.

Gestion des plans

En Région wallonne

Le déploiement est géré par le MET. (Ministère de l'Equipement et des Transports -Direction générale des Services techniques).

En Région bruxelloise

Le C.I.R.B. ( Centre d'Informatique pour la Région bruxelloise) a été mandaté par le Gouvernement pour exécuter le programme.

Pour la Communauté Française

La coordination et le suivi des deux plans sont assurés par le Service "Cyberécole" (A.G.E.R.S. -Service général du Pilotage du système éducatif).

Deux Comités d'accompagnement ont été constitués:

  • Pour le plan wallon, le Comité se réunit environ une fois par mois. II est composé de 3 représentants du Gouvernement wallon, de 2 représentants du Gouvernement de la Communauté française et d'un représentant de la Communauté germanophone.
  • Pour le plan Bruxellois, le Comité s'est réuni une fois. Il est composé de 3 représentants du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale et de trois représentants du Gouvernement de la Communauté française.

Connexions à Internet

Dans un premier temps, dès septembre 1997, les écoles secondaires ont eu la possibilité d'accéder à Internet via le réseau Intranet du CTI. Celui-ci faisait office de "fournisseur d'accès", gratuitement; le prix des communications étant à charge de l'école.

En août 1998, la Communauté française a conclu une convention avec Belgacom permettant d'attribuer pour deux ans à 1665 établissements scolaires une ligne numérique au tarif de 20.000 BEF + TVA par an, comprenant l'installation de la ligne, la redevance et le coût des communications, sans limite de durée

L'estimation faite par Belgacom du coût réel d'un tel service était de 160.000 BEF par an. Pour chacune de ces "I-Line", le Gouvernement fédéral intervenait à raison de 75.000 BEF et Belgacom prenait en charge 65.000 BEF. L'école ne payait donc que les 20.000 BEF restants.

La convention avec Belgacom a été modifiée en avril 2000. Une diminution du coût de la I-Line a été répercutée d'une part en une diminution du prix pour les écoles (9.917 BEF au lieu de 20.000) et d'autre part, en une augmentation du nombre de lignes mises à disposition des écoles (+561).

 

 

 

 

???