Homepage

Menu Enseignement.be

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

hauts potentiels - espace 'professionnels' - bilan psychologique - les tests de QI

WAIS-III (échelle d’intelligence de Wechsler pour adultes- troisième forme)

La Wais-III a été publiée en 1997 et s’adresse aux personnes de 16 à 89 ans. Elle est composée de 14 échelles verbales et non verbales (dites de performance) qui permet de fournir une mesure standardisée du potentiel cognitif.

Cette échelle d’intelligence permet également de calculer quatre facteurs : Compréhension verbale, organisation perceptuelle, mémoire de travail et vitesse de traitement. Le calcul de ces scores permet d’élargir les possibilités d’interprétation des performances.

L'échelle Verbale est composée de sept subtests (dont le dernier est optionnel). Cette échelle mesure les acquis du raisonnement verbal, l’attention au matériel verbal et l’intelligence cristallisée:

 

  • Vocabulaire : ce subtest mesure les acquis sur le plan verbal et du développement du langage. Cette épreuve résiste bien à l’âge et peut être influencé par un facteur culturel, la curiosité intellectuelle et par le niveau de scolarité.
  • Similitudes : ce subtest évalue la capacité d’abstraction logique, la conceptualisation verbale, la pensée abstraite et le raisonnement verbal.
  • Arithmétique : ce subtest consiste en la résolution orale de problèmes mathématiques. Il met en jeu la mémoire de travail et permet de mesurer les connaissances acquises et les capacités de traitement séquentiel. La performance à cette épreuve peut être influencée par l’empan attentionnel du sujet, l’anxiété éprouvée pendant la tâche qui nécessite de travailler sous pression, la concentration et par les troubles de l’apprentissage.
  • Mémoire de chiffres : deux empans évalués : le direct et l’indirect. Ces deux empans mesurent un aspect mnésique bien distinct.

    L’empan direct mesure la capacité attentionnelle, le maximum de chiffres qu’une personne peut retenir. Celui-ci est stable de 16 à 54 ans et le score moyen est de 7 chiffres. L’empan direct est plus long de 2 chiffres en moyenne que l’empan indirect.

    L’empan indirect nécessite plus de manipulation et de visualisation des chiffres et mesure la mémoire de travail verbale. Le score moyen est de 5 chiffres.

    Le score à ces deux empans peut être influencé par l’empan attentionnel, de l’anxiété, par de la distractibilité, de l’hyperactivité et par les troubles de l’apprentissage.

  • Information : ce subtest permet de mesurer les connaissances générales. Il est donc évident que cette épreuve est influencée par le milieu culturel d’origine de la personne, le milieu dans lequel elle évolue, ses propres intérêts et son niveau de scolarité.
  • Compréhension : ce subtest mesure le jugement social de la personne, son raisonnement et son esprit pratique. Il évalue également les connaissances de conventions comportementale et sociale. Cette épreuve est très biaisée culturellement.
  • (Séquences des lettres-chiffres) : ce subtest mesure la mémoire de travail, le traitement séquentiel, et il nécessite de bonnes capacités de visualisation et de planification. Pour réussir cette épreuve, il ne faut pas avoir de problème de dyslexie ou d’illettrisme.

 

L'échelle de performance est composée de six subtests (dont les deux derniers sont optionnels). Elle mesure les capacités d’organisation perceptive et visuo-motrice.

  • Complètement d’images: ce subtest est un test non-verbal de perception visuelle. Il vise à évaluer l’organisation perceptuelle, si la personne distingue l’essentiel du superflu. Très réussie, cette épreuve peut signifier une grande vigilance, un attachement à la réalité, au détail, une maîtrise importante sur l'environnement.
  • Code : subtest influencé par l’anxiété, par le niveau de motivation de la personne, également par les troubles de l’apprentissage et des problèmes visuo-perceptuels.
  • Cubes : grâce à cette épreuve nous pouvons évaluer les capacités de visualisation spatiale, de synthèse visuelle (analyse du tout et de ses parties), la reproduction de modèles, la vitesse de traitement visuo-moteur. Ce subtest est sensible aux problèmes visuo-spatiaux, à la persévération et à la rigidité cognitive.
  • Raisonnement avec matrices : ce subtest mesure le raisonnement non-verbal, analogique. Pour réussir cette épreuve il faut un bon esprit de synthèse. Cette épreuve est sensible aux problèmes visuo-perceptuels (exemple : le daltonisme) et à la flexibilité cognitive.
  • Arrangement d’images : grâce à ce subtest nous pouvons évaluer la séquence temporelle de la personne, sa capacité d’anticipation des conséquences. Cette épreuve nécessite de la planification et un bon esprit de synthèse. La créativité est un atout pour obtenir de bons résultats à ce subtest.
  • (Recherche de symbole) : mesure la vitesse de repérage de cibles visuelles, il nécessite de bonnes capacités de visualisation spatiale, de mémoire à court terme visuelle et de coordination visuo-motrice. Cette épreuve est sensible aux troubles visuo-spatiaux.
  • (Assemblage d’objets) : ce subtest mesure les capacités de synthèse visuelle. Cette épreuve demande un traitement holistique, du raisonnement non-verbal et l’anticipation des relations entre les diverses parties. Cette épreuve est sensible aux problèmes visuo-spatiaux.

 

 

 

 

 

???