Plan du site| Contacts|
Prof en ligne

Le magazine des professionnels de l'enseignement

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

hauts potentiels - espace 'professionnels' - situations vécues - Benoît, 7 ans

Description de la situation – Propos recueillis auprès de la famille

Benoît, âgé de sept ans et quelques mois, double sa première année primaire. Les parents viennent de se séparer et l’installation dans une nouvelle vie s’opère progressivement.

A la maison, la vie avec Benoît n’est pas simple. La séance des devoirs à domicile se transforme en calvaire. Même les choses les plus simples ne sont pas réussies. Quant au coucher, c’est encore plus pénible. Benoît refuse de se coucher avant sa mère et son beau-père. Il invente des histoires des plus effrayantes. Quand il parvient à s’endormir, ce n’est que pour un temps très court. Le lendemain, fatigué, il évoque maux de ventre, maux de tête, se rappelle un travail non fait, etc. La mère garde son fils à la maison ou l’amène tardivement à l’école.

Maintenant que Benoît vit dans deux maisons, les parents perçoivent leur enfant différemment. La mère parle d’un enfant débile. Le père voit un enfant intelligent et surtout très créatif quand il construit des véhicules qu’il resitue dans différents contextes historiques. Avec son père, qu’il voit le week-end seulement, Benoît se documente abondamment sur les thèmes qui le passionnent. Le père ne rencontre pas de problème avec son fils au niveau du sommeil. Si la mère et l’institutrice se plaignent du faible niveau en lecture de l’enfant, le père dit tout autre chose. Benoît lit… ce qui l’intéresse uniquement.

Avis de l’école – Propos recueillis auprès de l’équipe éducative

Vu les résultats scolaires insuffisants de Benoît en fin de première année primaire, il a été décidé, tant par l’équipe éducative que par les parents, que cet enfant recommence une première année chez la même enseignante.

Après quelques semaines, l’institutrice se questionne fortement face au comportement global de l’enfant. Constamment distrait, ne semblant pas ou plus comprendre les consignes les plus simples, rejeté par ses nouveaux condisciples, mais aussi par les enfants qu’il avait côtoyés l’année précédente, l’institutrice demande à rencontrer les parents. Ceux-ci lui annoncent leur séparation récente et les difficultés qu’une telle situation engendre. Les difficultés de Benoît sont donc attribuées à sa recherche de nouveaux repères dans sa vie familiale.

A la mi-novembre, l’institutrice ne peut que déplorer une situation qui se dégrade de plus en plus. De nouveau, elle rencontre la famille et sollicite leur autorisation de parler de Benoît à la psychologue du CPMS.

L’institutrice focalise son attention sur cet enfant complètement « ailleurs ». Elle exprimera plus tard son angoisse à l’idée de devoir annoncer aux parents une éventuelle orientation de l’enfant dans l’enseignement spécialisé. Elle sera davantage perturbée, face à cet enfant qui lui échappe, le jour où Benoît participe activement à la leçon. Ce jour-là, en classe, on parle d’une excursion prochaine et Benoît « déballe » un ensemble cohérent de connaissances sur le sujet. D’où les détient-il ?

Son entretien avec la psychologue et la demande d’investigation prendront une autre forme au vu de ce dernier élément. Entre temps, Benoît bénéficie de l’aide de la logopède qui lui propose des exercices de remédiation sans trop croire à l’efficacité des traitements. Qui est donc cet enfant ? De quoi a-t-il besoin ? Ce sont les questions principales que se posent les membres de l’équipe éducative.

Résultats obtenus aux test de QI –Propos recueillis auprès de la psychologue

A la WISC-III, Benoît obtient les résultats suivants :

 

Echelle verbale Echelle de performance
Information 14 Complètement d’images 17
Compréhension 14 Arrangements d’images 16
Similitudes 20 Cubes 15
Arithmétique 9 Assemblage d’objets 17
Vocabulaire 11 Code 16
Mémoire des chiffres 14    
QIV : 130 QIP : 144
QIT : /

 

Des observations en classe ont été effectuées parallèlement au testing. Sur ce plan, les conclusions de la psychologue rejoignent celles de l’enseignante. En classe, Benoît est « absent », peu appliqué, semble peu concerné par l’activité de la classe, ne prête aucune attention aux propos des condisciples, alors que la classe est parfois très animée.

Le père ayant transmis des informations sur les intérêts de son fils, certains sujets, comme l’histoire notamment, sont abordés. Le comportement de l’enfant devient alors tout à fait différent : une expression orale débordante, une application, une concentration soutenue, des échanges avec les condisciples.

Ayant ainsi envisagé la possibilité d’un ennui profond de l’enfant en classe, l’équipe pédagogique, soutenue par la famille, a apporté des modifications à l’environnement éducatif de cet enfant qui lui ont été favorables tant d’un point de vue cognitif que social.




???