Plan du site| Contacts|
Prof en ligne

Le magazine des professionnels de l'enseignement

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

hauts potentiels - espace 'enseignants' - identification des jeunes à hauts potentiels

Au cours des rencontres de formations ou d’informations avec les équipes pédagogiques, les intervenants scolaires expriment clairement et de manière récurrente leur désarroi face aux jeunes qui sortent de la norme. Souvent peu sûrs d’eux ou réticents face à la problématique des jeunes à hauts potentiels, ils mettent en évidence l’ampleur de leurs difficultés à les reconnaître.

L’identification des jeunes à hauts potentiels s’inscrit dans une perspective de développement personnel permettant de reconnaître chaque individu comme une personne, à la fois unique et différente des autres, c’est-à-dire possédant des ressources à exploiter mais aussi en proie à des difficultés.

Ainsi, l’identification des hauts potentiels peut donner sens aux nombreuses interpellations et/ou difficultés vécues. Elle peut produire un effet bénéfique et dynamisant pour tous. Elle permet, le cas échéant, de sensibiliser l’entourage éducatif aux spécificités du jeune, de porter sur lui un regard plus ouvert et de rechercher avec lui des solutions éducatives mieux adaptées à ses besoins.

Démarche(s) d’identification

L’identification a pour but de répondre aux besoins

La réponse à cette dernière question touche au sens de l’identification, à son but, qui devrait être uniquement de pointer les besoins spécifiques des jeunes à hauts potentiels et la manière dont ils pourraient être satisfaits, notamment dans le cadre scolaire. Ainsi, l’identification des hauts potentiels ne doit pas être une simple opération d’étiquetage mais plutôt s’inscrire dans une perspective de reconnaissance des forces, des faiblesses et des intérêts de chacun. Elle peut alors donner sens aux nombreuses interpellations et/ou difficultés vécues. Elle permet, le cas échéant, de sensibiliser l’entourage éducatif aux spécificités du jeune, de porter sur lui un regard plus ouvert et de rechercher avec lui des solutions éducatives mieux adaptées à ses besoins. La réponse à ces besoins peut être du ressort de l’enseignement ou d’un professionnel non enseignant (psychologue, éducateur, conseiller en orientation, etc.).

Plusieurs « instruments » d’identification sont nécessaires

Outre les données quantitatives (QI, résultats scolaires), l’identification peut être envisagée dans une perspective psychopédagogique au sens large. En outre, aucun instrument ne permet un dépistage exhaustif des enfants et adolescents à hauts potentiels ; c’est pourquoi il est nécessaire d’en utiliser plusieurs et ainsi rassembler différents points de vue. Peu d’instruments sont, par ailleurs, validés scientifiquement en langue française, ce qui nous conduit à utiliser de préférence conjointement des listes de caractéristiques, des grilles d’identification par les enseignants, les évaluations faites dans le cadre scolaire, différentes productions des élèves, des bilans intellectuels et psychologiques, l’avis des parents, …

Des grilles d’identification

Les grilles d’identification à usage des enseignants ont pour but de leur permettre d’évaluer si certains de leurs élèves correspondent ou non à un profil possible de jeune(s) à hauts potentiels. En se basant sur des données essentiellement qualitatives, elles permettent aux personnes travaillant sur le terrain de s’appuyer sur leurs observations quotidiennes des jeunes. Il s’agit donc d’aller à la « cueillette » d’informations opérationnelles à propos des élèves et non seulement d’informations chiffrées permettant de les classer.

Présentées sous la forme de check-listes ou de tableaux à double entrée, ces grilles d’identification font apparaître les critères les plus souvent relevés dans la littérature et qui touchent, selon les auteurs, au concept d’intelligences multiples, à la spécificité de la pensée, à la créativité, à la motivation et au fonctionnement intra-psychique.

Ces grilles d'identification sont accessibles via les professionnels formés à la problématique des jeunes à haut potentiels ou encore, celles-ci sont distribuées lors des formations IFC.

La sensibilisation des enseignants : un prérequis

Les enseignants, les éducateurs, les directeurs, les psychologues, … qui souhaitent apporter leur contribution à l’identification d’un jeune à hauts potentiels doivent être sensibilisées à la problématique (caractéristiques, besoins, difficultés). Sinon, leurs observations risquent d’être altérée par des préjugés ou de fausses représentations.

Pour conclure

Il nous reste à mettre en évidence que l’approche complémentaire des démarches d’identification permet aux enseignants de devenir acteurs de l’évaluation du jeune à hauts potentiels. Ils peuvent à nouveau s’appuyer sur leurs compétences alors qu’ils se sentaient disqualifiés, voire inaptes à poser un tel diagnostic.

Les observations centrées – en un premier temps – sur le jeune à hauts potentiels favorisent, à plus longue échéance, un nouveau regard sur tous les élèves du groupe classe. En ciblant les ressources et les points faibles de chacun, une nouvelle réflexion pédagogique peut devenir envisageable.




???