Homepage

Menu Enseignement.be

ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles.

hauts potentiels - espace 'tout public' - définition

Pourquoi l’expression « hauts potentiels » ?

Comme en témoigne la variété des termes utilisés dans la littérature (surdoués, « gifted », intellectuellement précoces,…), la réalité de ces jeunes est complexe. Le choix de l’un ou l’autre terme peut en effet être influencé par l’idéologie qu’il sous-tend.

Le terme « jeunes à hauts potentiels » propose une vision plus ouverte de la problématique car il recouvre l’idée de potentialités multiples, différentes chez chaque individu. Il renferme également l’idée de l’éducabilité. En effet, un potentiel peut rester lettre morte si on ne le développe pas.

Ce sont les interactions entre des facteurs biologiques, psychiques, affectifs, familiaux, environnementaux qui influenceront le développement de ces potentialités.

Les origines des hauts potentiels

Il existe de multiples débats concernant cette question. Certains affirment que les potentialités élevées sont d’origine strictement génétique alors que d’autres soutiennent qu’elles sont le fruit de l’environnement.

Finalement, est-ce si important ? Chacun de nous possède une part qui lui est transmise à la naissance. C’est également le cas des enfants à hauts potentiels, mais ce potentiel, s’il n’est pas exploité, n’a pas de valeur en soi.

Il est probable que ces enfants ont à la naissance d’importantes capacités exploitables, mais les conditions de leur développement jouent un rôle tout aussi important. C’est une des raisons qui nous pousse à utiliser l’expression « hauts potentiels », celui-ci n’aura de valeur que par ce que l’on en fait.

L’intelligence multiple

En adoptant une vision plus positive et équilibrée de la personne, la conception de l’intelligence multiple ouvre des voies dans le sens du changement de regard et d’attitudes vis-à-vis des jeunes à hauts potentiels.

Ces derniers sont alors considérés dans leur globalité, plutôt que comme inadaptés. En effet, selon l’approche de Gardner et celle de Sternberg, l’intelligence est plurielle, c’est-à-dire que l’activité cognitive et sociale revêt de nombreuses facettes.

Il s’agit d’une vision multidimensionnelle de l’intelligence. La compétence cognitive humaine peut ainsi être décrite comme un éventail de capacités, d’aptitudes et d’habiletés mentales que Gardner appelle « intelligences ». Pour l’entourage éducatif (au sens large), cette vision plus ouverte permet de se centrer sur les forces, les faiblesses et les besoins particuliers de chaque enfant ou adolescent.

 

 

 

 

???